samedi 31 décembre 2016

Le tambour dans les armées du roi de France (4)

4. Le temps du règlement : l’Instruction pour les tambours de Bombelles.


Les conflits entre les différentes marches, héritage des particularismes des unités à une époque où les régiments avaient moins l’occasion de travailler ensemble, oblige le commandement à imposer un répertoire de batteries d’ordonnance commun à toute l’infanterie, sauf les Suisses en raison de leur capitulation. Cette décision est prise par le roi et son secrétaire d’Etat de la Guerre, le comte d’Argenson[1], qui vont superviser personnellement toutes les étapes de la mise en œuvre de ces nouvelles batteries, signe de l’importance particulière de cette réforme exceptionnelle. Après des expérimentations conduites sur plusieurs années, l’aide-major aux gardes françaises Joseph-Henri de Bombelles[2] compose les batteries de la nouvelle ordonnance de l’infanterie. Les douze batteries publiées ne sont pas des créations puisqu’il reprend celles qui existent, mais c’est leur première édition officielle, par contre l’accompagnement au fifre ou au hautbois est bien une composition différente des mélodies collectées par Philidor.
Le soin apporté à la réalisation de l’Instruction pour les tambours[3] en fait un document sans équivalent dans l’histoire de la céleustique française et internationale. La gravure de l’édition est faite sur cuivre, un procédé réservé à la musique de qualité et la page de partition a une dimension inusitée pour ce type de document (67 cm de long par 28 cm de large). La partition distingue la main droite de la main gauche ainsi que le pied droit du gauche, tout en précisant la vitesse d’exécution des roulements (1 seconde, ½ ou 2 secondes par mesure). Nous sommes donc en face d’un véritable traité de chorégraphie militaire destiné à régler les mouvements des soldats et des unités. Aucune administration militaire française ou étrangère n’a jamais poussé si loin la réglementation de la céleustique. Ce projet très ambitieux de régler tous les mouvements du soldat et toutes les manœuvres de l’infanterie est conçu autour de l’Ordonnance du roi sur l’exercice de l’infanterie du 6 mai 1755. L’ordonnance est complétée par des planches qui détaillent les positions du soldat et d’autres qui expliquent les mouvements des unités. « Pour suppléer au défaut de la voix lorsqu’elle ne pourra se faire entendre sur l’étendue du front des bataillons, on se servira des batteries des tambours pour annoncer chaque mouvement »[4] et leur correspondance est indiquée dans le texte, faisant ainsi le lien avec la partition. Texte, gravures et partitions forment un système inscrit dans la « science des évolutions » qui est « le principe du grand Art de la Tactique » tel que l’envisage le comte de Bombelles[5], son concepteur.
Reprenant les préconisations du maréchal de Saxe, ce système introduit le pas cadencé dans l’armée royale à 60 et 120 pas par minute. L’ordonnateur des mouvements est le tambour-major qui a pour attribut la même canne que le maître de ballet et qui est la même que celle du roi lui-même. En fait leur rôle est identique, celui de donner le rythme au pas militaire, aux danseurs du ballet et à la vie du royaume.
L’Instruction donne pour la première fois la correspondance entre les onomatopées et leur notation. Les batteries sont enseignées par le tambour-major des gardes françaises, Jacques Bouroux. 112 tambours venus des régiments royaux sont formés pendant deux mois aux Invalides. Cette formation spéciale n’a pas d’équivalent dans l’histoire de l’infanterie. Les tambours sont ensuite passés en revue par le roi en personne à Versailles le 1er décembre 1754[6].
Trois exemplaires de l’Instruction sont à la bibliothèque du musée de l’Armée. Un des trois exemplaires de la Bibliothèque nationale[7] est relié en maroquin brun avec le blason royal. L’exemplaire archivé à la bibliothèque de l’Arsenal[8] porte la mention manuscrite en page de garde :
« C’est en 1755 que fut rendue l’ordonnance en vertu de laquelle tous les tambours de l’infanterie françoise battent les airs contenus dans ce volume. M. de Bombelles alors  ayde-major, à présent capitaine, aux gardes françoises eut la plus grande part aux choix de ces airs. M. le Mal de Biron[9] les adopta, M. le comte d’Argenson les approuva enfin le Roy les agréa et un certain nombre de tambours de tous les régiments d’infanterie se rendit aux Invalides pour les apprendre et les répandre dans toute l’infanterie ce qui fut bientôt fait. »


L’Instruction décrit les différents types de coups, et distingue ceux qui sont donnés avec la main droite, de ceux qui sont donnés avec la main gauche. Cette distinction était déjà chez Mersenne sans que l’on sache si Bombelles en a eu connaissance. Il précise la signification des onomatopées utilisées par les instrumentistes. Le rédacteur se conforme aux usages des tambours qui identifient les battements par ces expressions afin de pouvoir les pratiquer et les transmettre. Il s’agit du système déjà attesté dans l’Orchésographie et qui se retrouve dans les méthodes de tambour.
Systématiquement mentionnée dans les éditions ultérieures des règlements d’exercice, la partition de Bombelles ne sera jamais rééditée – sauf pour la Nouvelle instruction sur l’exercice des gardes-côtes de Bretagne publiée à Saint-Malo en 1758[10] ni réformée avant 1831, restant la référence durant les guerres de la Révolution et de l’Empire. Le général Bardin la mentionne et reproduit ses partitions dans son Dictionnaire, mais Kastner dans son Manuel de musique militaire[11] fait une erreur dans sa datation et le nom du compositeur, indiquant ainsi qu’elle tombait dans l’oubli.



[1] D’Argenson, Marc-Pierre de Voyer de Paulmy, comte (Paris, 1696 – Paris, 1764), secrétaire d’Etat de la Guerre de 1743 à 1757.
[2] Bombelles Joseph-Henri de. Plusieurs fois blessé au combat, maréchal de camp en 1781 (Oloron, 1721 – Paris, 1783), ShD 4 Yd 2731.
[3] Instruction pour les tambours, Invalides 1695 X.73 / G 3, Arsenal 4S 4338, BnF Vm8 Q.3.
[4] Ordonnance du roi sur l’exercice de l’infanterie du 6 mai 1755, p. 78.
[5] Bombelles Henri-François (1680-1760). Traité des évolutions militaires, 1754. Lieutenant général, gouverneur de la place forte de Bitche.
[6] Gazette de France, 1754, n° 49, p. 584. Mercure de France, janvier 1755, p. 210.
[7]  BnF Vm8 Q.3
[8] Arsenal 4S 4338.
[9] Louis-Antoine de Gontaut-Biron, maréchal de France, est le chef de corps des gardes françaises de 1745 à 1788.
[10] Bibliothèque municipale de Saint-Brieuc, p. 803.
[11] Kastner, Georges, Manuel de musique militaire, Paris, 1848.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire