mardi 18 octobre 2016

Une thèse sur la musique militaire

Fruit de plusieurs années de recherche et de travail, ma thèse sur la musique militaire française au XIXe siècle a été soutenue devant un jury de l'université de Picardie. Il était composé des professeurs Xavier Boniface (université de Picardie Jules Verne), Jean-Noël Grandhomme (Université de Lorraine-Nancy), Sophie-Ane Leterrier (université d'Artois), Philippe Nivet (Université de Picardie Jules Verne) et de Jann Pasler Distinguished Professor of the California University (San Diego). 
Les remarques et critiques des professeurs, les débats et discussions qui ont suivi devraient faciliter la publication de ces travaux qui sont la prochaine étape pour une meilleure connaissance de ce patrimoine jusqu'ici injustement délaissé.
L'assistance sélectionnée apportait son soutien après avoir appuyé et aidé dans les recherches. On y trouvait notamment un chef de musique, un officier de la Légion, un membre de la Garde républicaine, un ancien du Conservatoire militaire de musique, un ingénieur général de l'armement (ER), un prêtre, un éditeur de musique, une étudiante en musicologie, des amis et représentants de ma famille.


Pour donner une idée de l'ampleur des sujets traités, voici le sommaire en attendant la publication.


Introduction générale... 3

Chapitre 1. Le chant du cygne de la céleustique (1815 – 1914)... 21

Introduction... 22

1re partie. Un répertoire ancien et fonctionnel.... 26
1.1. Le tambour au cœur d’un système de signaux............ 26
1.1.1. Les origines du tambour français......... 26
L’instrument : la caisse......... 29
1.1.1.1. L’Orchésographie fournit la première partition de tambour militaire....... 29
1.1.1.2. Le temps des signaux : la partition du Père Mersenne (1636)....... 31
1.1.1.3. Le temps des marches : la partition de Philidor (1705)....... 34
1.1.1.4. Les autres instruments d’ordonnance français....... 37
1.2. La normalisation des batteries............ 40
1.2.1. L’Instruction pour les tambours de Bombelles (1754)......... 42
1.2.2. Un traité de chorégraphie militaire......... 42
1.2.3. Une notation particulière est créée pour l’occasion......... 44
1.3. Le fonctionnement des batteries............ 45
1.3.1. Des usages anciens......... 46
1.3.2. Les coups de baguette......... 47
1.3.3. Les roulements......... 48
1.3.4. Le tambour dans la vie du soldat......... 48
1.3.5. Les tambours du Roi......... 49
1.3.6. Le tambour et les punitions......... 50
1.4. Les autres signaux d’ordres............ 52
1.4.1. Signaux avec les drapeaux......... 52
1.4.2. Signaux au canon......... 53
1.5. Le tambour sous la Révolution et l’Empire............ 55
1.5.1. L’éclipse du tambour-major-général......... 55
1.5.2. Les usages se maintiennent......... 57
1.5.3. Les limites du tambour......... 63
1.6. Le tambour sous la Restauration............ 65
1.7. Les signaux d’ordonnance non règlementés........... 67

2e partie. Les usages s’adaptent.... 74
2.1. Les sonneries de la cavalerie............ 74
2.1.1. Les origines des sonneries......... 74
2.1.2. La première partition officielle, 1766......... 76
2.1.3. David Buhl et les nouvelles sonneries......... 77
2.1.4. La trompette d’ordonnance à partir de la Restauration......... 78
2.2. Le clairon............ 84
2.2.1. Le cornet......... 85
2.2.2. L’ordonnance de 1831......... 90
2.2.3. La céleustique dans la Marine......... 93
2.3. Tambour / clairon, la confrontation............ 95
2.3.1. Des arguments contre le tambour en 1852......... 95
2.3.2. Le projet de suppression des tambours de 1859......... 97
2.3.3. Suppression des tambours dans l’infanterie en 1880......... 99
2.3.4. La tentative de suppression de 1905......... 101
2.3.5. Les effectifs des musiciens d’ordonnance........ 102
2.3.6. Tentatives d’évolution de la céleustique......... 103
2.3.7. La céleustique à l’épreuve de la guerre......... 104
2.4. Identification des unités (marches de nuit et refrains régimentaires)........... 105
2.4.1. Le temps des marches......... 106
2.4.2. Identification des régiments......... 108
2.4.3. Une généralisation sous l’Empire......... 109
2.4.4. Une prise en compte règlementaire......... 111
2.4.5. Les sonneries des bataillons de chasseurs à pied......... 115
2.4.6. Des inventaires tardifs et non officiels......... 116
2.4.7. Quelques refrains régimentaires......... 118
2.5. Céleustique, technologie et tactique............ 120
2.5.1. Le système Sudre......... 120
2.5.2. Signaux et discrétion........ 121
2.5.3. L’adoption du sifflet......... 123
2.5.4. Nouveaux moyens de transmission......... 126

3e partie. Céleustique militaire et société civile.... 127
3.1. Statut des instrumentistes d’ordonnance............ 127
3.1.1. Statut des instrumentistes......... 127
3.1.2. Le statut du tambour-major. Position hiérarchique du tambour-major et du chef de musique......... 132
3.2. Notation des batteries et formation des instrumentistes............ 137
3.2.1. La notation des batteries......... 138
3.2.2. Les paroles muettes des signaux de céleustique......... 145
3.2.3. Qualités musicales des musiques d’ordonnance......... 151
3.2.4. La formation des instrumentistes d’ordonnance......... 153
3.3. Céleustique, légende et opinion publique............ 168
3.3.1. Le tambour dans l’imaginaire collectif......... 168
3.3.2. Les batteries napoléoniennes......... 170
3.3.3. Histoire et mise en scène du passé......... 175
3.3.4. Le mythe du clairon......... 176
3.4. La céleustique militaire dans la société civile........... 181
Conclusion........... 184


Chapitre 2. L’âge d’or des musiques militaires (1815 – 1919)... 187

Introduction... 188
Les origines... 190

1re partie. La gestation d’un système (1815-1852)... 203
Introduction.... 204
1.1. De la distraction militaire privée à la festivité publique............ 206
1.1.1. 1827-1828, les premiers concours de musiques militaires à Paris......... 208
1.1.2. Louis-Philippe utilise les orchestres militaires......... 213
1. 2. Les progrès de la facture instrumentale............ 220
1.2.1. Une recherche constante de perfectionnements......... 221
1.2.2. Facteurs d’instruments en France......... 227
1.2.3. Les instruments d’Adolphe Sax......... 227
1.3. Une volonté de réformer les musiques militaires............ 231
1.3.1. La réforme de 1827, des orchestres militaires d’agrément à la festivité publique......... 233
1.3.2. Les plus anciens orchestres français......... 238
1.3.3. Les fanfares des chasseurs à pied......... 241
1.3.4. La situation des musiques militaires avant la réforme de 1845......... 242
1.4. Révision du statut des musiciens............ 244
1.4.1. Une hiérarchie inadaptée......... 246
1.4.2. Un statut injuste......... 248
1.4.3. L’affaire Messmer et la disparition des gagistes......... 251
1.4.4. Les chefs de musique ont de l’avancement......... 253
1. 5. Renouveler et entretenir un répertoire............ 255
1.5.1. La création musicale est à l’Opéra......... 256
1.5.2. Le ministère encourage les compositions nouvelles......... 258
1.5.3. Le répertoire en action : concert et catalogue......... 263
1. 6. Le Gymnase musical militaire : l’armée forme ses musiciens (1836-1856)............ 266
1.6.1. La création du Gymnase musical militaire......... 266
1.6.2. Premiers bilans......... 268
1.6.3. Réforme et 1845 et révolution de 1848......... 270
1.6.4. Les classes et les professeurs......... 273
1.6.5. Demande d’effectifs en hausse et affectations......... 276
1.6.6. La fin du Gymnase musical militaire......... 277
1. 7. La réforme de 1845............ 279
1.7.1. La commission de réforme des musiques militaires......... 280
1.7.2. L’organisation de 1845......... 283
1.7.3. En 1848, annulation de la réforme de 1845......... 285
Conclusion... 288

2e partie. Organisation (1852-1879)... 289
Introduction.... 290
2.1. Des festivités musicales............ 292
2.1.1. La distribution des aigles du 10 mai 1852 sur le Champ-de-Mars......... 292
2.1.2. Les expositions nationales et internationales......... 295
2.1.3. Les concours internationaux de musiques militaires......... 298
2.1.4. Définir un répertoire officiel ?........ 299
2.1.5. L’élaboration du cérémonial militaire......... 303
2.2. Des orchestres. Une réorganisation entre le prestige et les restrictions budgétaires............ 306
2.2.1. Le temps du prestige......... 307
2.2.1.1. La Musique des Guides, un orchestre modèle......... 307
2.2.1.2. La fanfare du bataillon de chasseurs à pied de la Garde impériale ou Sax mis en échec (1853)......... 314
2.2.1.3. La réorganisation des musiques de la Garde impériale......... 320
2.2.1.4. Les musiques de la ligne, mars 1855......... 321
2.2.1.5. Les fanfares des troupes légères......... 323
2.2.1.6. Les instruments de musique......... 325
2.2.2. Le temps des restrictions......... 328
2.2.2.1. Un projet de suppression des musiques en 1859......... 328
2.2.2.2. Le décret de mars 1860. Réductions budgétaires et réductions des effectifs......... 329
2.2.2.3. Suppression des musiques dans la cavalerie, avril 1867......... 332
2.2.2.4. La nouvelle organisation, décret du 5 octobre 1872......... 335
2.3. Des hommes. Une volonté d’amélioration des compétences et du statut des musiciens............ 340
2.3.1. La formation des musiciens......... 340
2.3.1.1. Fermeture du Gymnase musical militaire......... 341
2.3.1.2. Création d’écoles de musique régimentaires......... 343
2.3.1.3. Un concours annuel de chef de musique......... 344
2.3.2. Le statut des musiciens......... 350
2.3.2.1. La reconnaissance par le statut......... 351
2.3.2.3. Les musiciens pendant la guerre de 1870......... 358
Conclusion de la 2e partie.... 359

3e partie. Exploitation :
Les orchestres militaires outils de communication de la République (1879-1914)... 361
Introduction... 362
3.1. Le nouveau cérémonial républicain............ 363
3.1.1. L’émergence des hymnes nationaux en Europe......... 364
3.1.2. Les nouveaux symboles du régime......... 366
3.1.3. L’adoption de la Marseillaise, une démarche politique......... 368
3.1.3.1. L’affaire Sellenick (juin 1878) et l’adoption de l’hymne national......... 369
3.1.3.2. Installation et développement du symbolisme républicain......... 371
3.1.4. Musique militaire et liturgie républicaine......... 378
3.1.4.1. Occuper l’espace public......... 379
3.1.4.2. L’affaire de Saintes (août 1901)......... 387
3.1.5. Cérémonial........ 388
3.2. Organisation des orchestres............ 392
3.2.1. Civils et militaires, un même besoin d’orchestres......... 392
3.2.2. Une tentative de suppression des musiques militaires......... 395
3.2.3. L’organisation de 1898......... 397
3.2.3.1. Une confrontation avec des orchestres civils......... 398
3.2.3.2. Le cas des timbales de cavalerie......... 399
3.2.4. Les projets de réorganisation (1909-1911)......... 401
3.3. Gestion des hommes............ 403
3.3.1. Des musiciens......... 404
3.3.2. Des chefs de musique et des sous-chefs......... 410
3.4. La musique de la Garde républicaine, “le joyau” du régime............ 423
3.4.1. Le modèle des orchestres......... 424
3.4.2. La Musique de la Garde, ambassadrice de la République et de la culture française......... 426
3.4.3. Le statut spécial des musiciens de la Garde......... 428
3.4.4. Des tournées en province......... 429
3.4.5. Les chefs de musique de la Garde......... 430
3.5. Des répertoires militaires et civils............ 433
3.5.1. Un répertoire consensuel capable de retisser les liens au sein de la nation......... 434
3.5.2. Un empire quadrillé d’orchestres de plein air......... 437
3.5.3. Les orchestres de plein air, ambassadeurs de l’idéal républicain......... 439
3.5.4. Des programmes de concerts en phase avec les évolutions de la société......... 442
Conclusion.... 446
3.6. La musique militaire pendant la Grande Guerre (1914-1919)........... 449
3.6.1. Le statut des musiciens en temps de guerre......... 450
3.6.2. Les orchestres militaires dans la guerre......... 451
3.6.3. Un répertoire populaire......... 454
3.6.4. Musique, cérémonial et diplomatie......... 455
3.6.5. La contribution des compositeurs......... 457
3.6.6. La pratique musicale des soldats......... 458
Conclusion de la 3e partie.... 461


Chapitre 3. Les chansons du soldat (1815 – 1918),
utilitaires et patriotiques... 463

Introduction... 464
Qu’est-ce qu’une chanson de soldat ?... 469
Les sources documentaires... 471

1re partie. L’enjeu politique des chansons de soldats.... 475
1.1. Le chant dans les textes militaires officiels............ 475
1.2. Les chansons des soldats de la Grande Armée............ 480
1.2.1. Les grands succès......... 482
1.2.2. Les chansons de circonstance......... 485
1.2.3. Les chansons des conscrits......... 495
1.3. Le répertoire sous la Restauration............ 498
1.3.1. Changements de régimes, fidélités et chansons de soldats......... 505
1.3.2. Chanson et opinion publique, Béranger et Le Vieux Drapeau......... 509
1.3.3. Quelles chansons pour le soldat ?........ 514
1.4. Les chansons de soldat sous la Monarchie de Juillet............ 519
1.4.1. Apparition des chants militaires de tradition......... 520
1.4.2. Les chansons de circonstance......... 528
1.4.3. Les chants des nations......... 538
1.5. Chansons de la révolution de 1848 et de la 2e République............ 544

2e partie. Une tentative d’encadrement moral.... 547
2.1. Les chansons des soldats du Second Empire............ 547
2.1.1. Les chansons des conscrits......... 548
2.1.2. Les chansons de la guerre de Crimée......... 551
2.1.3. Les spectacles pendant la guerre de Crimée et le théâtre aux armées......... 557
2.1.4. Les éditions de chansons et les chansonniers......... 559
2.1.5. Les chansons de la troupe......... 564
2.1.6. Chansons de circonstance......... 569
2.1.7. Les chansons de la campagne d’Italie......... 570
2.1.8. Les chansons de l’expédition du Mexique......... 574
2.2. La patrie fait l’unanimité : chansons de la guerre de 1870............ 580
2.3. Justifier la conscription avec les chansons de la Revanche............ 585
2.3.1. Le genre patriotique guerrier......... 586
2.3.2. Le genre patriotique sentimental......... 590
2.3.3. Les chansons des conscrits......... 594
2.3.4. La France se dote d’un hymne officiel, La Marseillaise......... 600
2.3.5. Les cahiers de chansons des soldats......... 602
2.4. Les chansons de la troupe............ 607
2.4.1. Les collectes de chansons de soldats......... 608
2.4.1.2. Le manuscrit de Léonce Chomel......... 610
2.4.2. Les recueils de chants commerciaux........ 616
2.4.3. L’engagement des artistes, compositeurs et chansonniers......... 622
2.4.4. Les recueils de cantiques pour les soldats......... 634
2.4.5. Les chansons de marche......... 641
2.4.5. Les recueils régimentaires......... 645
2.4.7. Le concours de chansons militaires de 1910......... 647
2.4.8. Les chansons grivoises......... 649
2.5. Le répertoire des militaires professionnels............ 651
2.5.1. Les chants de tradition......... 651
2.5.2. Les chants des écoles militaires......... 656
2.5.3. Les chansons de circonstance......... 666

3e partie. Les chants des soldats pendant la Grande Guerre... 670
3.1. Présentation du répertoire............ 670
3.2. La mobilisation des chansonniers............ 672
3.3. Les chansons des poilus............ 681

4e partie. La danse dans l’armée.... 688

Conclusion... 692

Conclusion générale...... 695

Sources........... 703
Table des illustrations........... 725
Résumé........... 728




Aucun commentaire:

Publier un commentaire