mardi 3 mars 2020

2020 : 175e anniversaire de l’adoption de l’orchestre d’Adolphe Sax par l’armée française

Les répertoires musicaux militaires sont ostracisés et méprisés par la culture française d’aujourd’hui. Cette attitude témoigne d’une profonde ignorance de l’apport des militaires à la musique. En témoigne un anniversaire important oublié des commémorations.

Le 19 août 1845, un décret ministériel fait entrer en service l’orchestre et les instruments de musique proposés par Adolphe Sax (Journal militaire officiel, 2e semestre 1845, p. 197).
Cet événement oublié a été pourtant considérable, puisqu’il est celui de l’entrée en service du premier orchestre de plein air fonctionnel. Jusque là, la musique en extérieur ne s’entendait pas. Les révolutionnaires de la Fête de la Fédération échouent à faire entendre de la musique. La puissance sonore des différents instruments était inégale. Compositeurs et musiciens suivaient la compétition que se livraient les facteurs d’instruments dans toute l’Europe, clés, pistons, travail du cuivre, diapason, métronome, … C’est le clarinettiste virtuose et facteur de génie belge, Adolphe Sax, qui est appelé par l’armée française pour développer ses projets. Il tenait de son père une échelle de perce des tubes de cuivre lui permettant de constituer des familles d’instruments utilisant les mêmes doigtés. La famille des saxophones est la plus célèbre.


C’est une véritable révolution. Les orchestres de plein air peuvent reproduire les sensibilités de l'orchestre en salle. Pour la France de 1845, puis 1854, c’est une véritable revanche culturelle sur Waterloo. 
Il ne s’agit évidemment pas de militarisation de la société puisqu’en 1900 l’armée ne disposait que de 400 orchestres pendant que les civils en alignaient près de 7000. De plus, le répertoire est essentiellement civil car il reprend très majoritairement les grands airs de l’Opéra jusqu’aux plus populaires mélodies des cafés-concerts.
L’armée française, ses instruments de musique et son modèle d’orchestre servent alors de modèle au monde entier.
Les grandes villes d’Europe vont toutes construire des kiosques à musique permettant de faire entendre aux populations les compositions des plus grands musiciens de l’Opéra, comme des airs de café-concert. Pour la première fois dans l’histoire, ces musiques sont accessibles gratuitement à tous sans distinction de classe, de profession, d’âge, …
Suivant les armées européennes, des orchestres vont pouvoir jouer les plus belles compositions sur tous les continents, exerçant un pouvoir de séduction injustement sous-estimé.


La saga de l’élaboration de cette formation est présentée dans L’Orchestre militaire, histoire d’un modèle (Beauchesne, 2019, 360 pages).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire